Saison 6: Bible, mode d'emploi

Le sommaire

Comment lire un psaume ? Je reposerai dans la confiance (Ps 15/16)

Maintenant nous savons lire non seulement des récits du Nouveau et de l’Ancien Testament mais aussi des livres des prophètes. Si nous voulons continuer notre exploration, pour apprendre à lire d’autres types de textes bibliques, il nous reste encore un genre incontournable dans l’Ancien Testament : c’est le style poétique des...

Maintenant nous savons lire non seulement des récits du Nouveau et de l’Ancien Testament mais aussi des livres des prophètes. Si nous voulons continuer notre exploration, pour apprendre à lire d’autres types de textes bibliques, il nous reste encore un genre incontournable dans l’Ancien Testament : c’est le style poétique des psaumes ! Les psaumes peuvent nous paraître de prime abord plus faciles que les prophètes, car ils décrivent des émotions que nous connaissons bien ! Mais entre ressentir ce qu’exprime un psaume et expliquer ce qu’il veut dire, il y a un sacré saut ! Alors comment lire un psaume ? Je vous propose de le découvrir en étudiant le psaume 15, qui a l’avantage d’être suffisamment court pour que nous puissions l’étudier en entier ! J’ai dit psaume 15, mais il se peut qu’il soit numéroté 16 chez vous, si votre Bible suit la numérotation hébraïque contrairement à la traduction liturgique que j’utilise et qui suit la numérotation latine. 15 ou 16 vous ne pouvez pas vous tromper : il s’agit d’un magnifique chant de confiance et de louange ! Commençons par lire ce psaume, nous lui appliquerons ensuite quelques-uns de nos 7 outils et nous finirons comme d’habitude par un des 5 conseils pour lire la Bible.

(Ps 15/16, trad. AELF) Miktâm [= méditation ?] de David. Garde-moi, mon Dieu : j'ai fait de toi mon refuge. J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu ! Je n'ai pas d'autre bonheur que toi. » Toutes les idoles du pays, ces dieux que j'aimais, ne cessent d'étendre leurs ravages, et l'on se rue à leur suite. Je n'irai pas leur offrir le sang des sacrifices ; leur nom ne viendra pas sur mes lèvres ! Seigneur, mon partage et ma coupe : de toi dépend mon sort. La part qui me revient fait mes délices ; j'ai même le plus bel héritage ! Je bénis le Seigneur qui me conseille : même la nuit mon cœur m'avertit. Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ; il est à ma droite : je suis inébranlable. Mon cœur exulte, mon âme est en fête, ma chair elle-même repose en confiance : tu ne peux m'abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. Tu m'apprends le chemin de la vie : devant ta face, débordement de joie ! A ta droite, éternité de délices !

Si on ne voit pas spontanément par où commencer l’analyse, il est toujours bon d’utiliser l’outil STRUCTURE pour faire apparaître un plan. Le psaume se compose de 2 parties, se terminant chacune par l’idée que Dieu fait les « délices » de celui qui se confie en lui. Chacune de ces deux parties dit en quelque sorte à Dieu : « je n’ai que toi », mais dans deux sens différents. (1) Des versets 1 à 6 cela veut dire : « je n’ai pas d’autres dieux que toi » avec le thème du refus de l’idolâtrie,(2) alors que des versets 7 à 11 ce « je n’ai que toi » signifie plutôt : « tu es mon seul secours », avec l’idée que Dieu n’abandonne pas son fidèle. Les 2 idées sont en fait étroitement liées : on pourrait résumer les deux parties du psaume ainsi : « puisque je te suis fidèle, je sais que tu me seras fidèle ».

En cherchant des liens vers d’autres textes bibliques, grâce à l’outil INTERTEXTUALITÉ, nous trouvons d’autres attributions possibles. L’idée d’avoir Dieu pour « seule part d’héritage », par exemple, peut renvoyer au livre du Deutéronome (Dt 18), où il est dit que la tribu de Lévi ne recevra aucune part de la Terre Sainte ,car elle est une tribu consacrée au service du Temple « sa part c’est le Seigneur » ! Mais là encore cela renvoie finalement au peuple tout entier ! Car les lévites sont à l’intérieur du peuple ce que le peuple d’Israël est au milieu de tous les peuples ! Un peuple pauvre qui n’a d’autre force que le Seigneur ! Finalement cette figure, à la fois personnelle et collective, du juste en péril qui triomphe par sa seule confiance en Dieu, traverse toute la Bible depuis Joseph, trahi par ses frères, jusqu’au pauvre Job dépouillé de tout ce qu’il avait, en passant par le mystérieux serviteur souffrant annoncé par le prophète Isaïe. Or, nous le savons bien, pour les chrétiens le Christ accomplit toute ces figures. Et c’est donc sans surprise que nous retrouvons ce psaume cité par l’apôtre Pierre dans le livre des Actes des Apôtres comme une prophétie explicite de la résurrection. Ainsi, le psaume nous révèle une de ces grandes idées qui traversent toute la Bible : celui dont le Seigneur est le seul, malgré les épreuves, peut garder confiance !

L’outil ABANDON À L’ESPRIT SAINT pourrait même m’entraîner plus loin et me donner de réaliser que l’histoire biblique de ce Dieu, qui n’abandonne pas les siens, peut aussi se prolonger dans ma vie si je me confie en lui ! Je pense que l’étude de ce texte vous aura au moins démontré combien un texte biblique gagne à être lu en écho avec l’ensemble de la Bible. C’est le 4ème conseil de mes 5 conseil pour lire la Bible : Conseil n°4 : Lire encore. Un texte biblique invite à en lire mille autres. La Bible est un monde à explorer ! Voilà sans doute une aventure à votre hauteur ! Fort de ces 7 outils de lecture biblique et de presque tous mes conseils pour lire la Bible : plus rien ne peut vous arrêter ! Et, si ce psaume vous a plu, pourquoi ne pas tout simplement aller explorer les premiers psaumes du psautier !

Frère Pierre de Marolles

Le frère Pierre de Marolles est dominicain de la Province de Suisse. Il est titulaire d’un Master et d’une licence canonique en théologie de l’Université de Fribourg (Suisse). Il s’est spécialisé en Bible. Il vit actuellement dans la communauté Saint Nicolas de Myre de Zurich.

S’entraîner

Avez-vous bien retenu ?
Faîtes le premier exercice

Je me teste
mobile-params-global

Connectez-vous pour enregistrez votre progression

Je me connecte




Je crée mon compte


ou


Approfondir

Faut-il faire des aller-retours entre Ancien et Nouveau Testament ?

C’est mon quatrième conseil pour lire la Bible : 4ème  Conseil : Lire encore. Il n’y a pas de minimum « à lire », la Bible est un monde à explorer...



Réagir

Boubou

“Bonjour, J'ai essayé de retirer un mot erroné dans l'exercice remplir le texte pour les Psaumes. J'ai fait une fausse manoeuvre J'avais déjà fait le premier...”

> Lire la suite

Léo

“L'Ancien Testament est d'abord l'Histoire d'un Peuple que Dieu s'est choisi. Ce Peuple vit et chemine à la recherche de son Dieu, et ce dernier le...”

> Lire la suite