Le discours de l'Eglise sur la sexualité: qu'en dites-vous ?

Le discours de l'Eglise sur la sexualité pose question à beaucoup de personnes aujourd'hui. Venez discuter de ces questions sur ce forum

  • Sarahetjean

    Bonjour,
    Avec mon fiancé, nous nous préparons au mariage et sommes très heureux de pouvoir nous nourrir de ce programme. Nous avons, avec intérêt, découvert le tout premier commentaire de ce topic, sur la contraception et l’ouverture à la vie. Nous avons pris connaissance de la réponse que vous y avez apportée, mon père, mais malheureusement nous n’avons pas réussi à comprendre, pourriez vous nous éclairer peut être plus simplement ?

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • GautierB

    Bonjour,

    Discours de l'Eglise sur la sexualité : pas si clair que ça. Help please!

    --> L'Eglise promeut la chasteté, aussi bien dans le célibat que dans le mariage. La relation sexuelle doit être exclusivement "tournée vers la vie".

    --> Frère Nicolas Burle dans la première vidéo parle bien de cette "orientation vers la vie" mais, pour ne pas agiter les vives susceptibilités sur le sujet, n'évoque pas vraiment la chasteté comme cible en soi.

    --> Madame Pascale Dutilleul dans la deuxième vidéo nous dit que la relation sexuelle est bonne pour le couple car elle est indispensable à la durabilité et l'épanouissement de l'amour conjugal. Avant cela même, la relation sexuelle est voulue et aimée par Dieu.


    ==> Mais concrètement, quand on est un couple chrétien, qu'on a des enfants, que ceux-ci accaparent toutes les forces et toute l'énergie des conjoints dans leur temps libre, que le couple n'a que les miettes de temps qu'il lui reste pour prioritairement organiser les jours suivants et, éventuellement, parler de leur relation, et que par chance, un soir, ils ont l'occasion de s'aimer, sexuellement s'entend, mais qu'un troisième enfant paraît inenvisageable dans l'immédiat, que doivent-ils faire ? Refréner leur désir, au risque de blesser leur relation conjugale, ou recourir à un moyen technique de contraception ?

    Merci.

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • frère Jacques-Benoît

      Merci GauthierB pour votre question importante.
      Tout d'abord une précision. La chasteté pour un couple ne signifie pas uniquement l'ouverture à la vie. Elle ne signifie pas l'absence de relations sexuelles (qu'on appelle continence), mais l'intégration de celles-ci dans la vie du couple, dans le respect de ce que sont les deux conjoints.
      Ensuite, une autre précision: les textes de l'Eglise mentionnent clairement qu'il appartient à l'exercice d'une "paternité et une maternité responsable" de ne pas avoir plus d'enfants que le couple n'a la possibilité d'en accueillir: St Paul VI le précise dans son encyclique Humanae Vitae sur le sujet: "la paternité responsable s'exerce en vertu soit d'une délibération pondérée et généreuse de faire croître une famille nombreuse, soit d'une décision - prise pour de graves motifs et respectueuse de la loi morale - d'éviter temporairement et également pour un temps indéterminé une nouvelle naissance" (Humanae Vitae n°10).
      La question que vous posez concerne l'opposition de l'Eglise (clairement exprimée dans ce texte de Paul VI précisément) au recours aux moyens artificiels de contraception. La justification au fondement de cette opposition vient du danger qui pourrait exister d'oublier un des piliers du mariage qu'est la fécondité en se fermant radicalement à cette perspective.
      En pratique, la question est évidemment complexe. C'est toujours le cas en morale: l'application d'une norme morale ne peut jamais être automatique. Le Pape François l'a fermement rappelé dans sa lettre Amoris Laetitia, s'appuyant sur la théologie morale de Saint Thomas d'Aquin. Je me permets de citer le passage dans son intégralité car il est très important: "Il est mesquin de se limiter seulement à considérer si l’agir d’une personne répond ou non à une loi ou à une norme générale, car cela ne suffit pas pour discerner et assurer une pleine fidélité à Dieu dans l’existence concrète d’un être humain. Je demande avec insistance que nous nous souvenions toujours d’un enseignement de saint Thomas d’Aquin, et que nous apprenions à l’intégrer dans le discernement pastoral : « Bien que dans les principes généraux, il y ait quelque nécessité, plus on aborde les choses particulières, plus on rencontre de défaillances […]. Dans le domaine de l’action, au contraire, la vérité ou la rectitude pratique n’est pas la même pour tous dans les applications particulières, mais uniquement dans les principes généraux ; et chez ceux pour lesquels la rectitude est identique dans leurs actions propres, elle n’est pas également connue de tous […]. Plus on entre dans les détails, plus les exceptions se multiplient ».Certes, les normes générales présentent un bien qu’on ne doit jamais ignorer ni négliger, mais dans leur formulation, elles ne peuvent pas embrasser dans l’absolu toutes les situations particulières. En même temps, il faut dire que, précisément pour cette raison, ce qui fait partie d’un discernement pratique face à une situation particulière ne peut être élevé à la catégorie d’une norme. Cela, non seulement donnerait lieu à une casuistique insupportable, mais mettrait en danger les valeurs qui doivent être soigneusement préservées." (Amoris Laetitia n°304).
      Pour la question de la contraception, il me semble que cela signifie deux choses. La première consiste à ne pas rejeter ce que dit l'Eglise par principe (entrer dans cette bienveillance dont parle le frère Nicolas dans sa vidéo et considérer ce qu'elle dit de ce sujet est grave et sérieux). Mais, en même temps, il convient de rentrer dans l'intelligence de la réflexion de l'Eglise sur ce sujet et voir comment l'appliquer à sa vie concrète, dans la situation dans laquelle on se trouve. On peut parfois vouloir vivre quelque chose, mais les circonstances ou la réalité de ce qu'on est ne le permet pas toujours. Dans ce cas, il convient, tout en gardant le souhait d'atteindre ce que nous demande l'Eglise, d'accepter de progresser par étapes.
      Sur toutes ces questions, pouvoir en discuter avec des personnes de confiance aide aussi à mieux voir comment agir

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

      Commentaire modifié
    • frère Jacques-Benoît

      Pour approfondir et même si tout cela est un peu long, je me permets de vous renvoyer aussi à la note des évêques de France au moment de la sortie du texte de Paul VI sur la contraception. Vous trouverez le texte intégrale en suivant ce lien: https://eglise.catholique.fr/wp-content/uploads/sites/2/2014/05/20080724note_pasto_humanae_vitae.pdf
      Je copie le numéro 16 de cette déclaration ci-dessous:
      « La contraception ne peut jamais être un bien. Elle est toujours un désordre, mais ce désordre n’est pas toujours coupable. Il arrive, en effet, que des époux se considèrent en face de véritables conflits de devoirs.
      Nul n’ignore les angoisses spirituelles où se débattent des époux sincères, notamment lorsque l’observance des rythmes naturels ne réussit pas « à donner une base suffisamment sûre à la régulation des naissances » (Humanae Vitae, 24).
      D’une part, ils sont conscients du devoir de respecter l’ouverture à la vie de tout acte conjugal ; ils estiment également en conscience devoir éviter ou reporter à plus tard une nouvelle naissance, et sont privés de la ressource de s’en remettre aux rythmes biologiques. D’autre part, ils ne voient pas, en ce qui les concerne, comment renoncer actuellement à l’expression physique de leur amour sans que soit menacée la stabilité de leur foyer11.
      A ce sujet, nous rappellerons simplement l’enseignement constant de la morale : quand on est dans une alternative de devoirs où, quelle que soit la décision prise, on ne peut éviter un mal, la sagesse traditionnelle prévoit de rechercher devant Dieu quel devoir, en l’occurrence, est majeur. Les époux se détermineront au terme d’une réflexion commune menée avec tout le soin que requiert la grandeur de leur vocation conjugale.
      Ils ne peuvent jamais oublier ni mépriser aucun des devoirs en conflit. Ils garderont donc leur cœur disponible à l’appel de Dieu, attentifs à toute possibilité nouvelle qui remettrait en cause leur choix ou leur comportement d’aujourd’hui. Sans jamais perdre de vue la mission que Dieu leur a confiée et qu’ils aiment humblement, ils entendront comme il convient et avec reconnaissance la parole que saint Augustin, en d’autres circonstances, adressait aux fidèles de son temps « Paix aux époux de bonne volonté!12 »
      Ils remarqueront d’ailleurs que le sentiment d’être écartelé entre des obligations contraires se rencontre, sous un aspect ou sous un autre, dans l’existence de presque tous les ménages; qu’il faille concilier le bien physique et moral d’un conjoint avec celui de l’autre, le bien des enfants avec celui des parents et même le bien de chacun des enfants avec celui des frères et sœurs, ou le devoir de l’engagement avec les exigences du foyer. Là aussi des options entre de graves devoirs s’imposent souvent.
      C’est en somme l’expérience douloureuse de la condition humaine : elle permet de mieux comprendre tant de drames analogues en de multiples domaines, médicaux, sociaux, syndicaux, économiques, politiques, internationaux... Chrétiens, nous n’ignorons pas que c’est notre monde tout entier qui, malgré sa participation à la résurrection du Christ, n’est pas encore délivré de la contradiction et de la mort. Seul le dernier avènement du Christ dans la gloire fera surgir « un ciel nouveau et une terre nouvelle » (Apoc. 21, 1) accordés de toutes parts à un homme qui aura enfin reçu le don plénier de l’unité intérieure.
      Que les époux cependant n’en concluent jamais qu’ils sont dispensés de tout effort : témoins de l’espérance, ils ont à combattre, avec la grâce de Dieu, le mal sous toutes ses formes, et à faire apparaître, dès maintenant, le commencement d’une création transfigurée (Jacques 1, 18). »
      Encore une fois un appel à l’obéissance à l’enseignement de l’Eglise, mais aussi au discernement par chacun...

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

      Commentaire modifié
    • GautierB

      Merci beaucoup Frère de votre double réponse très complète et très éclairante, et donc du temps que vous y avez dédié.
      Coup de cœur pour la note n°16 de la conférence des évêques de France sur Humanae Vitae dont la sagesse et la lucidité résonnent tout particulièrement en moi.
      Merci de m'avoir donné ce pain !

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • Mme

    À signaler une petite erreur qui s’est glissée dans le résumé ou corrigé de l’exercice (et dont voici une copie)

    La chasteté c'est d'abord :
    Votre réponse : Une mutilation physique
    Réponse juste

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • frGregoireLhb

      en effet, vous l'avez bien perçu, il y a dû y avoir un problème ! merci de l'avoir signalé.

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • ThéoDom

      Effectivement ce n'est pas la bonne réponse !! Pourtant, nous ne voyons pas s'afficher "réponse juste" pour "la mutilation" quand nous faisons le quizz. Répondez-vous au quizz sur ordinateur ? téléphone ? tablette... nous allons mener notre enquête. Merci pour votre vigilance !

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • Mme

      J’ai répondu sur tablette. Après la validation de l’exercice, j’ai eu la validation dont j’ai mis en copie la partie erronée....un bug logiciel?

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • fleur-de-vanille

    en revanche je voudrais votre avis ;un prêtre m'a un jour critiqué une jeune fille chrétienne qui était en couple avec un athée : il a le droit de donner son avis mais il lui a quand même dit que tous ses amis étaient de meilleurs chrétiens qu'elle parce qu'ils étaient en couple avec des chrétiens. C'est un jugement à l'emporte-pièce parce que les dits amis ne pratiquent même pas et ne vont jamais à la messe ; on n'est jamais parfait mais en tant que chrétien on n'a pas à être jugés aussi expéditivement je trouve. Je ne sais pas ce que vous en pensez, personnellement je répugne à être jugée uniquement sur mes valeurs chrétiennes. L'homme comporte une infinité de facettes différentes : on n'est pas dans des cases, chrétien, non-chrétien, tel métier ou tel autre, tel caractère ou tel autre. Ce qui fait marcher un couple dans un cas ne fonctionne pas pour un autre et vice versa . Qu'en pensez-vous ?

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • fleur-de-vanille

    Je pense que l'Eglise a raison de proposer un discours différent du discours ambiant de la société. Le don de soi dans le cadre du mariage c'est beau mais je ne suis pas terriblement retorse personnellement par rapport aux couples qui vivent ensemble avant de se marier. Je serais plutôt retorse en ce qui concerne l'âge des conjoints, vivre ensemble à 19 ans me choquerait. Pour moi il est important de se construire par soi-même avant de se donner ou de se lancer dans une vie de couple. C'est une aventure sérieuse, quand même. Quand on vit ensemble à plus de vingt ans avec une vraie envie de construire quelque chose je trouve qu'il n'y a rien de répulsif là-dedans. Qu'en pensez-vous ? moi ce qui m'intéresse c'est l'intention qu'on met derrière un mariage,ou une vie commune. Moi c'est construire qqch de sérieux et s'y atteler qui compte pas les modalités qu'on y met.

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • typhon

    Pardonnez moi ma franchise, mais j'aimerais que l'Eglise s'occupe de Dieu, et de la sexualité des religieux uniquement. Mais certainement pas de la sexualité des chrétiens.
    Quelle expérience l'église a t elle, Officiellement, de la sexualité ?
    On peut parler de ce que l'on connait, et c'est s'égarer que parler de ce que l'on ne connait pas, ou seulement en ... théorie.
    En faisant de la sexualité, durant tant d'années, une chose pendable, si ce n'était pour faire des enfants, l'Eglise a rempli les salles d'attente des psychiatres.
    Simple constat, sans aucune agressivité.
    Et personnellement, je me prononce sans hésiter pour le mariage des religieux.
    Car l'église catholique est bien la seule qui, à ma connaissance, interdise la mariage des prêtres, ce qui est juste contre nature.

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • frGregoireLhb

      Bonjour Typhon, vous avez en partie raison, je crois, de dire que l'on ne peut parler que de e que l'on connaît, ou alors on ne fait que de la théorie. C'est l'une des raisons pour laquelle, en plus des frères, cette saison de TheoDom propose d'entendre des témoignages de couple et avis de professionnels. D'ailleurs, cela montre aussi que l'Église, ce n'est pas seulement des religieux ou des prêtres, mais l'ensemble des baptisés : le discours de l'Église en matière de sexualité est aussi fondé sur l'expérience de vie de nombreux couples.

      Je crois aussi qu'un religieux, même s'il a promis de vivre la chasteté dans le célibat et ne connaît donc pas la vie conjugale, peut avoir un avis intéressant … comme vous en avez vous-même un sur le mariage des prêtres !

      Surtout, un-e religieux-se ou un prêtre a renoncé à avoir une relation affective et sexuelle, cela n'empêche pas qu'il reste un être humain, qui doit apprendre à évangéliser ses pulsions, ses désirs, ses affections et ses attachements, pas en les niant ou en les supprimant.

      Après, il est sûr qu'une certaine focalisation sur les questions sexuelles, et un discours trop moralisateur ou culpabilisant a pu et fait sans doute encore des dégâts, que vous pointez. Nous n'en sommes, je crois, qu'au début d'un renouvellement du discours et du regard porté sur le corps et la sexualité, et c'est l'affaire de tous les baptisés ! fr. Grégoire

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • GalySaya

    Toute ma gratitude pour cette vidéo
    en effet il est nécessaire (à mon sens) de bien réfléchir avant de se donner intimement et sexuellement parlant
    aujourd'hui tout va trop vite. on a l'impression que si on donne tout des le 1er instant ça sera bien. Moi la 1ere j'ai fait cette erreur.
    Après ( et ce n'est bien sûr que mon humble envie ) point besoin du mariage pour que la relation soit honnête et durable. Je pense que la construction de la famille est bien plus importante et durable que le mariage. Du moment que les 2 partenaires sont sur la même longueur d'ondes et on la même vision de stabilité

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • fleur-de-vanille

      On ne conçoit pas la vie de couple de la même façon en étant chrétien ou en ne l'étant pas. La construction de la famille dépend où non du mariage en fonction aussi du symbole qu'on y rattache

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • frGregoireLhb

      Bonjour GalySaya, je crois en effet, et il y a de nombreux exemples, la relation peut-être honnête et durable sans qu'il y ait mariage, heureusement d'ailleurs ! Le sacrement du mariage donne sans doute - je ne le sais pas personnellement, mais je connais des couples qui peuvent en témoigner -, force et courage dans les épreuves. Mais il nous place aussi sur un autre plan, ce que Fleur-de-Vanille pointe : dans le mariage chrétien, les époux se promettent l'un à l'autre et, ce faisant, le couple qu'ils forment donne à voir l'union du Christ-Époux et de l'Église-épouse. Pour le dire autrement, la signification chrétienne du mariage va au-delà de sa dimension naturelle : la vocation des époux est de manifester, dans leur quotidien, avec ses joies et ses épreuves, l'amour et la fidélité de Dieu, quelles que soient les infidélités de l'homme. Et en réponse, ils manifestent aussi la possibilité pour l'homme de répondre de manière durable et aimante à la proposition d'alliance de Dieu. Il est important et même primordial que les partenaires soient "sur la même longueur d'onde", le mariage chrétien approfondit cependant la perspective en donnant à l'union des époux un sens théologique : signe de l'alliance entre Dieu et l'humanité et moyen concret de cette alliance pour les époux, la famille qu'ils fondent, l'Église à laquelle ils appartiennent. fr. Grégoire

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • Claclou

    On regarde les vidéos avec mon fiancé le dimanche soir :), merci c’est très intéressant :)! Il n’est pas catholique, moi si...donc on a pas forcément le même parcours ni les memes pensées. Mais avec ces vidéos, j’ai moins de mal à lui expliquer certaines choses! Merci !

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • fleur-de-vanille

      Il est protestant ton fiancé clac ou ou alors athée ? Car je ss intriguée d'avoir l'avis d'un couplé mixte athee catho ou catho protestant

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • Annie

    En tant que célibataire, n'ayant pas toujours vécu en solo, j'accepte une présentation du mariage qui paraît très idéale. Elle est sans doute accessible à deux conditions au moins : si on est deux à le vouloir, et en usant des sacrements qu'offre l'Eglise. En effet, il n'est pas facile d'accepter ses blessures, et en plus il y a celles de l'autre. Que de pardon et d'amour pour vivre tout cela.

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • Lizbeth

    Je conseil aux jeunes de suivre les conseils de Saint Jean Paul 2 qui demande de s'abstenir et d'attendre le mariage

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • Jean-Pierre

    Je suis peu réceptif à ce discours. D’accord sur la création d’ êtres sexués et de tout ce qui l’accompagne mais les innombrables commentaires religieux la plupart du temps faits par des célibataires, m’intéressent peu et sont pour moi des constructions cérébrales déconnectées de la vie.

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • GalySaya

      Je comprends votre point de vue. Sortez les termes religieux il reste la "morale" à en tirer
      ce que je retiens hors contexte religieux c'est que le désir et le plaisir sexuel doivent être vécus pleinement par 1 couple qui s'inscrit dans la durée.
      Je vois cette vidéo comme des paroles de sagesse qui expliquent que notre intimité on ne doit pas la donner comme on donnerait 1 fruit . L'acte sexuel doit être vu plus comme 1 moment " d'union sacrée " au sein du couple un symbole de leur amour qui relie le corps aux sentiments
      cela reste bien sûr ma vision des choses

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • fleur-de-vanille

      Assez d'accord l'idée du couplé durable c'est plus eau qu'une sexualité hors cadre sérieux évidemment c'est mon avis en revanche je sais différencier deux jeunes adolescents qui ne sont pas mariés ms s'aiment de deux qui font ça juste pour s'amuser le mariage ne me semble pas un pré requis indispensable je ss plutôt intransigeante sur l'âge.

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • fleur-de-vanille

      Assez d'accord l'idée du couplé durable c'est plus eau qu'une sexualité hors cadre sérieux évidemment c'est mon avis en revanche je sais différencier deux jeunes adolescents qui ne sont pas mariés ms s'aiment de deux qui font ça juste pour s'amuser le mariage ne me semble pas un pré requis indispensable je ss plutôt intransigeante sur l'âge.

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • fleur-de-vanille

      Assez d'accord l'idée du couplé durable c'est plus eau qu'une sexualité hors cadre sérieux évidemment c'est mon avis en revanche je sais différencier deux jeunes adolescents qui ne sont pas mariés ms s'aiment de deux qui font ça juste pour s'amuser le mariage ne me semble pas un pré requis indispensable je ss plutôt intransigeante sur l'âge.

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • Foise

    Quand le desir feminin s'etiole a la menopause et que la relation sexuelle devient penible voire douloureuse , alors que le desir masculin subsiste et même s'acharne ( pour pallier l'angoisse de la vieillesse et de la mort ) , que dire quand il est possible de dialoguer , et que faire quand il est quasi impossible de dialoguer ?

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • Molly

    La sexualité...aujourd'hui
    Difficile à aborder dans son sense.
    Difficile en parler dans une société corrompue et traysant les principes primaires du respect de soi-même et de l'autre.
    On s'appuis sur le "VIVRE le Moment " et en se rendant forts d'une Fausse Liberté qui fait plonger dans le pire esclavage...
    Je fais ce que je veut de mon corps!

    Et on oublie que si ..l'autre nous manque de respect, c'est que Moi...je ne me respect pas en premier .

    Molly

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • GalySaya

      Je pense qu'il faut avant tout s'écouter soi même avant de céder aux désirs de l'autre et être attentif aussi à ses de ses exprimés
      vous avez raison en disant que si l'autre ne nous respecté pas c'est que nous même déjà nous ne nous respectons pas.
      Mais n'est ce pas la base du message de cette vidéo? SE respecter en respectant l'autre? s'écouter et exprimer clairement son désirs?
      personnellement si j'ai juste besoin d'un câlin mon chéri se contente de me prendre dans ses bras. Même si le désir physique se fait ressentir il respecte ma demande. La clé est dans le respect.

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • frGregoireLhb

      D'accord pour dire que le respect de soi joue pour que l'autre vous respecte. Mais je nuancerai cependant un peu : le récent mouvement #metoo a je crois montré que, malheureusement, il y a des gens qui n'ont pas appris à avoir un rapport chaste et respectueux à l'autre à partir du moment où cet-te autre a suscité son désir, indépendamment du respect que cet-te autre a de lui-même/d'elle-même. Et là, je suis assez d'accord avec vous : la culture ambiante et la société dans laquelle nous vivons n'aide pas forcément à une humanisation des pulsions. Cela étant dit, le fait que de telles attitudes soient beaucoup moins tolérées et même dénoncées est un signe extrêmement positif. Dénoncer et combattre la "culture du viol" fait sans doute partie d'un plus vaste combat contre une sexualisation outrancière des corps dans notre culture.

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • Molly

    L'Église veille à que ce qui a été créé pour la Gloire de Dieu et le salut de ses créatures.
    La vie est Sacré!

    Mais la nature humaine reste faible et plonge facilement dans des élans désordonnés de nos sensibilités ,oubliant ce qui est Sacré!

    Mary

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • Molly

    PAIX.

    Je pense que la Chasteté conjugal rend la juste dimension de l'Amour entre l'homme et la femme
    Elle rend toute la magnificence de Dieu en cet acte d'union que a couronné le dernier geste de la création .
    Mary

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

  • Laeti

    Je trouve que les jeunes ne comprennent pas ce que l'église nous demande de vivre. En fait ils ont l'impression que c'est l'impossible à vivre

    Vous devez être connecté
    pour aimer.

    • GalySaya

      Les jeunes ne le comprennent pas parce qu'ils voient les adultes faire le contraire de ce discours.
      Mais déjà leur expliquer que le respect est primordial ( respect de soi = ne pas se donner à n'importe qui, qu'ils soient garçon ou fille les jeunes ont tendance à ne pas se respecter eux mêmes).
      Ils peuvent entendre ce discours si nous le leur donnons dans la bienveillance et surtout en leur faisant voir les adultes qui se respectent et leur disant que c'est possible pour eux aussi.
      Prendre le temps. Les écouter, les écouter évoquer leurs craintes, leurs croyances etc ....
      c'est long mais possible de leur faire entendre tout ça et même nous ne sommes pas obligés du poser la dimension religieuse ( selon le cadre ou cette écoute se fait )

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • Tomatos

      Bonjour,

      J'ai 23 ans et personnellement, le discours de l'Église m'a rapidement parlé.
      Le fait de se préserver pour un autre que l'on veut chérir est beau ; et qui plus est, se préserver de ce qui est le sommum de l'intimité possible entre un homme et une femme, mais c'est encore plus beau !

      Après c'est certes apparaitre un peu à contre courant avec les amis du lycée, de la Fac... Ça peut être difficile parfois, mais si l'on est solide dans ce que l'on veut vivre comme vie, c'est faisable même au XXIème siècle.

      Et je suis d'accord avec GalySaya, la dimension religieuse n'est pas nécessaire pour raisonner un jeune sur ce thème.

      Aussi, il faut déconstruire cet univers du plaisir instantané qui est omniprésent dans notre société, pour le bonheur durable auquel le Christ nous invite.


      Donc quand bien même ça peut être un message compliqué à transmettre au vu de notre société actuelle, c'est faisable et à faire !

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

    • fr Matthieu

      Je crois que Tomatos donne une belle réponse et un beau témoignage d'espoir à propos du message de l'Evangile : se donner dans un amour total, bien incarné, mais dans le respect du mystère de l'autre.

      Ne peut-on pas espérer / décrypter dans la tristesse des jeunes que nous cotoyons un désespoir face à ce qu'ils expérimentent d'un amour prêt-à-consommer ? Je ne peux pas croire que sous les semblants de revendication, les jeunes ne soient plus dupes que qui que ce soit et qu'ils n'espèrent pas un autre lendemain, plus radieux.

      J'aime voir dans l'idéal désabusé de nos contemporains un désir profond de beauté, un appel désespéré à une beauté à laquelle ils aimeraient croire, sans l'oser vraiment. Mais c'est peut-être bien de cela qu'il s'agit avant tout : leur proposer non un règlement moralisateur, mais une expérience esthétique et comblante. "Et Dieu vit que cela était très bon !"

      C'est peut-être à nous d'être les joyeux témoins d'un mode de vie plus enthousiasmant ! Il faut savoir proposer simplement, revenir à l'essentiel, à l'aspiration du beau !

      Vous devez être connecté
      pour aimer.

  • Laeti

    Je le trouve difficile à defendre et à expliquer aux jeunes

    Vous devez être connecté
    pour aimer.