Approfondir

Le sommaire

La Bible est elle pour l’étude ou pour la prière ?

B : C’est mon troisième conseil pour lire la Bible : 3ème Conseil : Lire et réfléchir. Ne pas fuir devant la difficulté d’un texte c’est souvent là …

N : Oh là là ! Je t’arrête tout de suite !

B : Mais quoi !

N : Tu vas donner aux gens l’impression que lire la Bible, c’est comme résoudre des problèmes de mathématiques ! On ne lit pas la Bible pour avoir un diplôme mais pour nourrir sa relation à Dieu ! La Bible c’est fait pour prier !

N : Tu es bien un dominicain ! on dirait que pour toi la Bible est avant tout un sujet d’études !

B : il ne s’agit pas de cela ! Bien sûr que la lire la Bible doit nourrir ma relation à Dieu. Mais j’affirme que fuir dès que le texte me demande un peu d’effort intellectuel est la meilleure façon de ne pas progresser spirituellement ! C’est pourquoi je suis convaincu que cœur et raison sont intimement liés ! Les lumières que nous recevons dans notre intelligence ne manquent pas d’enflammer notre cœur ! J’ai souvent fait l’expérience que le travail sur un texte difficile, sur lequel j’ai vraiment pris le temps de travailler, d’écrire un plan, de souligner les idées centrales, a été d’autant plus fécond pour ma vie de prière !

N : Je vois à quoi tu t’attaques : un croyant qui, en lisant l’Apocalypse, sauterait directement à la Jérusalem céleste parce qu’il ne saurait pas quoi faire des cataclysmes qui précèdent ! Mais ne crois-tu pas qu’il y a autant un certain danger, dans l’autre sens, qu’un lecteur passe son temps à voir la Bible comme quelque chose à comprendre et oublie qu’il s’agit de quelqu’un à rencontrer ! Il est plus facile de parler de Dieu que de parler à Dieu ! Au contraire la tradition chrétienne enseigne que lire la Bible doit conduire à un cœur à cœur avec Dieu. C’est ce qu’on appelle la Lectio Divina !

B : Oui mais justement ! La Lectio Divina a traditionnellement 4 étapes : Lectio : c’est à dire lecture du texte. Meditatio : une rumination attentive de la lecture. Oratio : où redevient une prière adressée à Dieu. Contemplatio : un silence amoureux où je goute la présence de Dieu qui s’est révélé dans sa Parole. Ce que j’affirme simplement c’est que contrairement à ce qu’on trouve souvent à ce sujet l’étape de Meditatio gagne à être une étude sérieuse du texte ! Crayon à la main s’il le faut ! Mais là tu as raison : je suis peut-être très dominicain de penser ça !

N : Non ! Je suis d’accord sur le fond ! Je voulais juste faire remarquer qu’il ne faudrait pas s’arrêter à cette deuxième étape ! L’étude de la Bible doit rester un moyen et pas une fin !

B : On pourrait dire que, s’il ne faut jamais refermer sa Bible sans avoir compris quelque chose de nouveau, il ne faudrait jamais la fermer non plus sans avoir remercié Dieu pour ce qu’Il nous a appris !

N : Oui mais attention de ne pas donner l’impression de quelque chose de si exigeant qu’il vaudrait mieux ne jamais l’ouvrir ! Lire la Bible c’est comme parler avec quelqu’un qui pense différemment de moi. Cela nous oblige à réfléchir et c’est bien mais il ne faut pas en oublier la personne avec qui je parle !

Frère Pierre de Marolles

Le frère Pierre de Marolles est dominicain de la Province de Suisse. Il est titulaire d’un Master et d’une licence canonique en théologie de l’Université de Fribourg (Suisse). Il s’est spécialisé en Bible. Il vit actuellement dans la communauté Saint Nicolas de Myre de Zurich.