Approfondir

Le sommaire

L'Immaculé Conception : Comment peut-on être sauvé d’un péché qu’on n’a jamais commis ?

fr. Thomas-Marie : L’Église enseigne que Marie n’a pas été touchée par le péché originel. Et pourtant, elle en a été sauvée par avance. Ça ne veut rien dire. Comment peut-on être sauvé d’un péché qu’on n’a jamais commis ?

fr. Marie-Olivier : Effectivement il y a un problème. Définissons d’abord le péché originel. Le péché originel est un péché spécial. Il a deux sens. (1) C’est un péché commis par Adam et Eve qui se séparent de Dieu aux origines de l’histoire humaine. (2) De plus, ce péché abîme leur nature humaine. Et ils vont transmettre cette blessure à leur descendance. Désormais de générations en générations les hommes vont naître avec une nature humaine en défaut de sainteté, privée de Dieu.

fr. Thomas-Marie : Merci pour la précision, mais vous n’avez pas répondu à l’objection. Contrairement à nous Marie naît sans le péché originel. Elle n’a pas cette nature humaine en défaut de sainteté. Elle n’est délivrée de rien du tout.

fr. Marie-Olivier : Si, le salut pour Marie qui la délivre du péché originel est encore un vrai salut. C’est un salut par mode de préservation. Ça veut dire que Marie est préservée du péché. En elle, la nature humaine est intacte.

fr. Thomas-Marie : t’as pas un exemple ?

fr. Marie-Olivier : Ok. Prenons un exemple. Imaginons qu’il y ait une pierre sur le chemin. Soit je tombe, je me blesse, et je suis guéri de la blessure et finalement en pleine forme : c’est la manière dont les hommes sont généralement sauvés. Soit je suis en plein forme parce que la pierre a été enlevée et que je ne suis pas tombé. C’est la manière dont la Vierge est sauvée. La passion du Christ nous guérit de nos blessures alors qu’elle préserve la Vierge de ses blessures. Cela n’empêche qu’elle soit vraiment sauvée. Si la grâce de Dieu ne l’avait pas préservée du péché, Marie comme tous les hommes serait née avec le péché originel.

fr. Thomas-Marie : Ok admettons. Mais, il reste un problème. Comment Marie peut-elle être sauvée par un événement qui n’a pas encore eu lieu ? En effet c’est la passion du Christ qui est la cause du salut. Or le Christ n’est pas encore né, il n’est pas encore mort et il n’est pas encore ressuscité, que déjà Marie est sauvée. Je veux bien qu’elle soit sainte, mais ce n’est pas grâce à la passion de Jésus.

fr. Marie-Olivier : C’est une forte objection ! C’est bien la passion de Jésus qui sauve tous les hommes. Il n’y a pas d’exception possible. Comment Marie peut-elle être sauvée par la passion du Christ, alors qu’elle n’a pas encore eu lieu ? La réponse consiste à imaginer que la passion de Jésus soit rétroactive. C’est-à-dire qu’elle peut agir avant d’exister. Alors on dira que c’est en prévision des mérites du Christ et de sa passion à venir que Marie a été sauvée.

fr. Thomas-Marie : Je le concède. Mais, en ce cas, rien d’extraordinaire ! Rien d’unique ! Il n’y a pas que Marie qui est sauvée comme ça ! Regardez tous les justes de l’Ancien Testament ! Bien avant la naissance, la mort et la résurrection du Christ, qu’ils ont d’ailleurs prophétisés, les patriarches ou les prophètes ont été sauvés en vertu de la passion de Jésus à venir. Je pense à Abraham, Moïse, Elie, et enfin à Jean-Baptiste.

fr. Marie-Olivier : J’accorde ce point. Les justes de l’Ancien Testament ont été sauvé par avance, comme Marie, en prévision du Christ à venir. Mais, il faut rappeler ce que je disais au début : pour Marie, il y a une différence qui la rend unique dans l’histoire de l’humanité. Non seulement Marie est sauvée par anticipation, avant que la passion de Jésus ait lieu, mais encore par préservation : Marie est préservée de toute atteinte du péché. On dit bien qu’elle est l’Immaculée Conception. Qu’elle est immaculée dans sa conception même, dès le commencement de sa vie intra-utérine. Marie jouit d’un privilège unique dans l’histoire des hommes. Elle seule est préservée de tout péché par une grâce spéciale de Dieu. C’est donc d’une manière plus sublime que Marie est sauvée, par mode de préservation et d’anticipation. Dès le premier instant de sa conception l’Immaculée est sainte. C’est ce qu’elle dit à Lourdes à Bernadette : “Je suis l’Immaculée Conception”.

frère Thomas-Marie Gillet

Frère Thomas-Marie Gillet est dominicain de la Province de France. Après avoir étudié à Lille et Lyon, il a été envoyé au Pérou. Il est titulaire d'une licence canonique de théologie. Il vit actuellement au couvent Saint-Thomas d'Aquin de Lille.

frère Marie-Ollivier Guillou

Le frère Marie-Ollivier Guillou est dominicain depuis 10 ans. Professeur de théologie et aumônier militaire, il partage son temps entre l'enseignement, la prédication de retraite, et la mission auprès des marins d'état. Il a publié plusieurs ouvrages consacrés à la théologie et la spiritualité.